Interception et Orthodontie

  • La phase orthodontique d'interception constitue le premier niveau d’intervention d’un traitement régulier d’orthodontie.

    Il s’agit de ce qu’on appelle plutôt une phase d’orthopédie dento-faciale pendant laquelle le praticien va tenter de restaurer les conditions normales d’un développement harmonieux et équilibré des arcades dento-alvéolaires déjà perturbé par la présence de dysfonctions et de malpositions dentaires. Durant cette étape, il peut être fait appel à des spécialités complémentaires telles la logopédie, la kinésiologie, l'ostéopathie, la posturologie.

    La phase d'interception en orthodontie peut se situer entre l’âge de 4 ans (plus tôt encore pour certains) et l’âge de 11-12 ans à partir duquel elle se justifie moins car l’apparition des canines définitives correspond généralement, au niveau des mâchoires, à la fermeture de suture et à la fin de la possibilité d'une sollicitation efficace de la croissance à leur niveau.

    L’orthodontiste pourra ainsi avec la parfaite collaboration du patient et l'emploi d'appareils amovibles ou fixes souvent appellés "fonctionnels", réduire:

    appareil resine.jpg
     
    généralement des appareillages dits fonctionnels, l’orthodontiste pourra ainsi avec la parfaite collaboration du patient, réduire:
    • les articulés croisés latéraux profonds limitant la croissance transversale du maxillaire et provoquant des déviations mandibulaires avec déplacement du menton d'un coté ou de l'autre.
    • les verrouillages antérieurs de la croissance sagittale des mâchoires provoqués par les inversions dentaires (les incisives inférieures se plaçant en fermeture buccale devant les supérieures) ou par la supraclusion (les incisives supérieures recouvrant beaucoup trop les incisives inférieures)
    • intervenir sur le développement des maxillaires supérieur et inférieur.
      appareil disjoncteur.jpg

    Agir tôt sur certaines dysfonctions peut être bénéfique quand on sait notamment que:

    • le décalage antéro-postérieur, entre incisives supérieures et inférieures, autorise, déjà dès 6 à 7 mm, l’interposition de la lèvre inférieure lors de la déglutition, cette interposition peut provoquer l’accentuation parfois spectaculaire de la malposition initiale.
    • la béance incisive, caractérisée par l’absence totale ou partielle de recouvrement des dents du bas par les dents du haut, autorise la pulsion vers l’avant de la langue qui, en sortant de la cavité buccale, assure, par la même occasion, l’auto-entretien de la malformation; la langue est la principale responsable de beaucoup de problèmes orthophoniques.

    Après stimulation de la croissance, interception des troubles fonctionnels et récupération optimale des conditions d'équilibre, une évolution la plus correcte possible des dents définitives peut être espérée dans un environnement devenu ainsi plus adéquat.

    Ceci n'exclut cependant pas, par après, le recours à un appareillage fixe supplémentaire pour peaufiner l'alignement dentaire et les relations entre les arcades pour satisfaire à toutes les exigences de l'occlusion et du patient.

     

     

Catégorisation membres