Le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) : comment le prévenir, le détecter, le confirmer et le prendre en charge en 2016 ? Quelles implications pour l’orthodontiste et le chirurgien ?

  • Dr Pascal HUET, Nantes
    Chirurgien maxillo-facial et Stomatologue
    Ancien interne et chirurgien des Hôpitaux de Nantes
    Ancien Chef de clinique Assistant des Hôpitaux de Nantes
    Depuis 2003, exercice privé à Nantes
    Membre de la Société Française de Stomatologie et Chirurgie Maxillo-Faciale.
    Membre du groupe Genios

     Tous les praticiens de la sphère orale occupent une place de choix pour le dépistage des troubles respiratoires pharyngés. Parmi eux les orthodontistes ont un rôle majeur car leurs traitements peuvent influencer en bien ou mal, une ronchopathie ou un syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAHOS).
    Pour les patients présentant une dysmorphose dento-maxillo-faciale, que le traitement soit orthopédique chez l’enfant, orthodontique ou orthodontico-chirurgical chez l'adulte, il faudra veiller à développer le sens transversal et la trans-frontalité, ceci explique le développement de nouvelles techniques chirurgicales maxillo-faciales comme les disjonctions tripartites maxillaires, ou les front-blocks.
    Pour les patients sans dysmorphose dento-maxillo-faciale, la pathologie apparaît le plus souvent à l’âge adulte. Le traitement fait appel aux orthèses d'avancée mandibulaire (OAM), à la ventilation en pression positive continue (VPC), et à la chirurgie d'avancée bi-maxillaire avec ou sans préparation orthodontique. Les avantages et inconvénients de chacun de ces trois traitements seront discutés.